mardi 18 avril 2017

Partenaire Officiel P.O


Va savoir pourquoi, je me retrouve PO : partenaire officiel ...du Stadium. Du Stadium de Toulouse. Un match de rugby oppose ce dimanche de Pâques le Stade toulousain, en noir, au tenant du titre, en blanc, le RACing 92. Notre pilote conducteur dispose du sésame : le laisser passer officiel rouge, qui accompagne les billets. On verra qu'il ouvre toutes les portes dont celles du parking, puisque nous sommes bien obligés d'arriver en voiture. Comme Mélenchon a invité 60.000 personnes, et que le Stade en a réuni 26.000, au total cela fait 86.000 personnes, et au moins 50.000 voitures...qui non seulement doivent rentrer en ville, mais ensuite trouver une place de parking.

la queue commence sur la rocade

entrée normale bouchée : on prend un raccourci

ils sont dedans ! on les suit !
pas d'explosif devant !
on les retrouve !

les copains PO

badgés PO


loge 17







Nous sommes partis largement en avance, le Conducteur-émérite a compris l'impossibilité de rentrer par la rentrée officielle, et a fait d'astucieux détours pour se retrouver au Stadium. C'est là que le laissez--passer rouge rend son office : garde-à-vous des Surveillants. On nous guide, on vérifie sous la voiture s'il n'y a pas d'explosifs (il n'y en a pas). On nous fait nous garer. Merveilleux, même pas à marcher à pied on entre direct dans la foule. Re-laissez-passer. On nous badge à la main gauche du signe PO qui nous ouvrira plus tard les portes du Casino Barrière. Celles de la loge 17. Gardée par une hôtesse en tailleur strict. Dans laquelle nous attend un réconfortant appareil de tapas salé-sucré. Plus du champagne au frais, ou si nous sommes plus modestes, des bières danoises glacées dans leur lit de glace. Un luxe immodéré dont nous usons avec modération, quand l'hôtesse nous assure : -"Commencez Messieurs à consommer, car si vous ne consommez pas de tapas, je ne pourrai vous en amener de nouvelles (tapas), que quand vous aurez épuisé ce qui vous est présenté".








essai invalidé, arbitre hué


Vu mon inexpérience, je mets un temps certain à comprendre que les bons sont les Toulousains, en noir, car la foule hurle quand ils promettent de marquer un essai. Les Champions sont en blanc, mais on ne les aime pas et on les hue quand ils marquent un drop. A la fin, les bons (Toulousains) perdent, ce qui n'était pas prévu, alors qu'ils ont mené le jeu sans marquer d'essai. Ils ont essayé, mais ont été brimés par l'arbitre, ce qui explique que la foule le hue (l'arbitre).

Comme promis, les tapas ont été renouvelées pendant l'entracte (la mi-temps). A la fin du match, il faut vite sortir la voiture pour sortir de la foule et se précipiter avec la foule au Casino Barrière.

Là, dans une lumière tamisée, une foule de PO dûment repérés par le badge entourant leur poignet droit (comme à la piscine) a pris possession du théâtre tout noir mais éclairé de lumières tamisées, pour re-manger des tapas, car celles mangées plus tôt constituaient un amuse-gueule, alors que là nous sommes conviés à un cocktail. Comme chacun le sait, il s'agit de manger le plus de pata negra et de sushi possibles (le tout préparé par de grands Chefs dont un Japonais célèbre), tout en se réservant de quoi pouvoir dîner ensuite.









Nous sommes sages :

nous partirons avant l'arrivée des joueurs

ils ont perdu, mais ils ont faim

ça s'appelle la troisième mi-temps



les tapas seraient remplacées par d'autres aménités ?

on peut toujours rêver car nous sommes partis...

...en route vers le Sud !


Chabal n'est pas content :
Toulouse a perdu !
j'ai gardé le laissez-passer...en souvenir !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire