dimanche 16 avril 2017

L'art roman de Saint-Aventin


S'il est chez nous un chef-d'oeuvre célèbre de l'art roman, c'est l'église de Saint-Aventin : coup de chance, la médiathèque propose une conférence du spécialiste Emmanuel Garland. Je tape ce nom sur google, les pages défilent, Emmanuel a visité toutes les églises romanes, il sait les comparer entre elles, et vous explique les scènes avec pédagogie : un régal !

On a oublié le miracle de Saint-Aventin : chez nous l'ours est une célébrité. Il peut arriver qu'un ours ait besoin d'un médecin, pour le soigner, par exemple d'une épine rentrée dans la paume de la main. Le miracle d'Aventin, (qui parlait aux ours), est de lui avoir retiré l'épine en question, (et d'avoir de surcroît converti l'ours à la religion catholique, en en faisant un fervent paroissien).















mes photos sont prises sur l'écran et ne sont pas terribles, mais elles suffisent pour suivre.




Le trésor de l'église existe toujours, et voici le reliquaire avec l'aura d'Aventin sous forme de couronne solaire, ressemblant terriblement à la mosaïque solaire retrouvée à Ussel, mais ceci est une autre histoire !




Comme cela arrive souvent, après le martyre du saint par les Sarrasins lui décollant la tête (une pratique millénaire décidément) l'inhumation a lieu. On perd la tombe pendant quelques siècles. Et puis un  jour, inspiré par un ange, un taureau fouille le sol...et découvre la tombe, donnant lieu à : "l'invention des reliques", j'adore le mot "invention" avec cette signification !



la chapelle de St-Aventin, et le château
Emmanuel Garland a prévu de nous parler des fresques, fort abimées, mais il ne peut pas ne pas montrer le célèbre tétramorphe du porche, ni la célèbre vierge dont la facture est inspirée de Saint Sernin de Toulouse.

impossible de retrouver l'inscription sur le Grand Livre, mais on voit bien à gauche
la tête de l'aigle de Saint-Jean...
...et ici le taureau de Saint-Luc...
...et le lion de Saint-Marc

Isaïe inspiré par un ange annonce Marie et son fils


L'inscription  sur l'arc dominant la scène : RES MIRANDA NIMIS MATER DEI ERAT VI NIMIS,
 "Chose des plus admirables, la mère de Dieu était toute-puissante".

et les fresques ?



La main de Dieu marque le centre, avec l'évocation de l'adoration des mages, Caïn et Abel, les vertus, les péchés dont ira la colère :

la colère est mauvaise conseillère et se poignarde elle-même le sein droit



à gauche Saint-Aventin, à droite Saint-Sernin

Emmanuel Garland liste toutes les églises pyrénéennes semblables : 
un vrai rallye de prochaines vacances !

un diocèse, une église

Saint-Martin du Canigou, une merveille...et des papillons spécifiques à la montagne méditerranéenne


la chute me direz-vous ?

et si Dieu était derrière tout ça ?

je vous l'ai déjà montré dans le trésor de Saint-Aventin...

...le même Dieu qu'à Tortosa...

...il serait donc partout ? ?




PS : Dieu et les tétramorphes :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire