mercredi 19 avril 2017

J'ai retrouvé Jean-Henri Fabre...

...à Castillon Couserans,

                 en Ariège...

Henri Fabre et ses Grands Paon de nuit...

Voilà en deux mots : en plein week-end de Pâques : la scène se passe en Ariège, pays de routes tordues, de cols du Portet d'Aspet, de vallons, de rivières et d'églises romanes, décorées de fresques. Des rétables, de l'or, des chemins de croix, des coquilles saint-Jacques marquant le chemin de Compostelle : une époque révolue.

Charmante maison de vacances juchée à 750 mètres sur un talus, dominant le village. Feu de bois, omelettes aux asperges, petit-déjeuner de tartines grillées, confitures de prunes, dans l'odeur du lilas.


Et surgit de nulle part un livre, oublié lui aussi, daté de 1924 ! "Moeurs des Insectes", ce sont les morceaux choisis des Souvenirs entomologiques de Jean-Henri Fabre, le seigneur de Sérignan, autre village oublié. La première page marque : "Paris Librairie Delagrave, 15 rue Soufflot. Avec 16 planches hors texte de Paul Henri Fabre, ce sont des photos noir et blanc, prises par lui.


J'avais oublié qu'il avait 87 ans, celui que Darwin avait nommé : "l'observateur inimitable". Il avait commencé sa vocation à l'âge de sept ans. J'avais oublié aussi qu'il avait été reçu à l'Académie française.

J'ai relu pendant le week-end ses récits, "pleins de charme, de bonhomie, de simplicité, qui décrivent la vie, fabriquée au jour le jour dans les belles heures de l'été, au chant des cigales. Une science si pénétrée d''amour qu'il semble parfois que de ces humbles souvenirs entomologiques s'élève une strophe du Cantique des Créatures".

Au moment où certains prétendent que la Nature est vivante, ces propos qui sont de Paul Thureau-Dancin sont bien prémonitoires !

Le chapitre XIV est célèbre : il raconte comment, avec une femelle vierge de Grand Paon de nuit, Fabre attire les mâles présents dans le coin, enivrés par les effluves des phéromones libérés par la Belle.


La scène se passe le 6 mai, et il attire des dizaines de messieurs. Il leur coupe au ciseau les antennes, pour voir s'ils réagissent toujours aux odeurs,  expérience cruelle, qui ne parait pas faire souffrir les amputés ?


Et voilà l'une des 16 photos, dans laquelle il qualifie les mâles de "pélerins" ...

...détournés de leur but (la dame) par la clarté d'une lampe !


Comme je vous l'ai montré précédemment, nous avons répété l'expérience ces jours derniers...


...avec un mois d'avance !

Donalt Trump a tort
il se moque des Grands Paon de nuit

mais le réchauffement climatique est bien visible !


le secret de Jean-Henri était de faire des élevages


et de se procurer ainsi le plus de cocons possible :


il élèvevait les chenilles sur les amandiers


lors de l'éclosion, la moitié des cocons donnent des femelles vierges

et les femelles peuvent ainsi attirer les messieurs, 

puis pondre des oeufs fécondés.


et le cycle recommence !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire