samedi 1 avril 2017

Vous avez dit : Occitanie ?

Une Assemblée de la Légion d'Honneur obéit à un rite précis : matin Assemblée statutaire, les Messieurs sont majorité. Puis ouverture au Public à dix heures trente : les Personnalités Politiques arrivent (mieux vaut mettre des majuscules partout), les Dames, la Presse, la belle salle rouge du Régent (le cinéma) se remplit. Le Président résume ce qu'il a dit le matin (mais en résumant), puis il présente le Conférencier (majuscule). 

C'est la notoriété du Conférencier qui fait le nombre du Public. Cette fois, le Conférencier est Professeur d'Histoire agrégé, plein de bouquins à son actif, il est Président également de la Société d'Etudes du Comminges : il nous présente l'Histoire (depuis les temps préhistoriques) de l'Occitanie : c'est le Professeur René Souriac.





Je prends des photos, pas terribles vu le contexte et la distance, mais cela vous permet de suivre, même de loin, quelques vues significatives, notamment de l'époque pré-révolutionnaire où la décentralisation créée par Gaston Deferre existait déjà, et nous faisait par exemple Etat Provincial du Comminges, doté d'une Charte, et d'une autonomie de gestion sous l'autorité du Parlement de Toulouse.


A ce propos, voici notre nouveau logo : un bout d'ex-Midi-Pyrénées par la partie gauche de la Croix du Languedoc-déjà-annexée, et un bout de Roussillon, presque les barres alternées de rouge et or de la Catalogne, à droite : me sentio Catalan !


D'une manière étonnante, nous sommes aujourd'hui encore dans la situation antérieure à l'arrivée de Pompée et de Jules César, nous par exemple les Convènes entre les Tarbais et les Consorani, dans un Lyon (Lugdunum) réunissant les peuples de nulle part, Convenae. En face les Vascones et Bergetes du versant Sud devenu espagnol, alors qu'à l'origine, pour tenir les cols, les peuples des deux versants appartenaient au même Comté.





Plus tard, la création des  départements obéit au principe : "diviser pour régner", notre Haute-Garonne coincée au Sud par les Hautes-Pyrénées et l'Ariège, le député d'alors Barrèges ayant par exemple avec son homologue d'Ariège, bataillé efficacement pour se réserver un territoire propre, à la place des Pyrénées Centrales qui auraient été bien plus légitimes.



La situation actuelle ? La loi NOTRe consolide la décentralisation, avec notamment notre Communauté de Communes élargie à 45000 habitants, dont nous re-devenons la Capitale...du Comminges, l'Histoire a fait le tour, revenant aux fondamentaux des Convenae !


Une Assemblée Générale comprend une troisième partie (au Rugby c'est la fameuse troisième mi-temps) au Restaurant du Commerce. Chaque membre du Bureau (majuscule) préside une table, dont acte. La table centrale est Présidée par le Président, qui y a invité le Président de Toulouse (ça n'a pas changé) et le Conférencier et leurs Dames. (majuscules). C'est à cette occasion que j'ai du une fois de plus manger plus que de besoin, (mais sans boire pour rendre visite aux frères Pradelles).

Le Devoir de réserve m'interdit de vous donner à voir cette séquence privée, sauf ces quelques aménités qui j'espère, rendront jaloux les Parisiens amateurs de foie gras et autres spécialités que l'on ne trouve qu'ici :




il faut abondamment arroser de combustible si l'on veut que ça brûle sous l'oeil ravi de Omar Si en personne

Il m'est strictement interdit également d'observer que le Docteur (Officier franco-britannique) à notre table a repris deux fois de l'omelette norvégienne, alors qu'il repartait pour Toulouse pour une seconde Assemblée Générale en nocturne à l'Hôtel Palladia. Il faut dire que médecin, il observe un régime strict qui lui permet ce genre de performance !


Je vous ai dit précédemment que pour ma part, je suis ensuite parti pour l'Union, vous savez maintenant pourquoi je ne suis arrivé qu'en fin d'après-midi, pour ne revenir que tard dans la soirée, pile la veille du changement d'heure !

j'ai retrouvé pour vous le geste repris par Johnny dans la célèbre chanson :

"Allumez le feu"


à l'Union, j'ai retrouvé une ambiance militaire au stand des Stuka :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire