lundi 30 janvier 2017

YCM Toulouse et les Grecs

Je reviens à ma courte ballade à Toulouse, la Capitale : une Capitale se distingue par des particularités statistiques : comme beaucoup de monde se rassemble au même lieu, la statistique joue pour rendre possible l'apparition des nombres rares : des décorateurs, des boutiques spécialisées, des antiquaires apparaissent par exemple, alors qu'ils ne représentent qu'une très très faible proportion de la population.



C'est ainsi que je visite la rue Ninau pour saluer Florence Grimm et ramener du Gravelack, ce saumon extraordinaire au goût si subtil. Dans la même rue Via Chandernagor me vend son seul boutis d'Inde aux couleurs éclatantes glissé en bas d'une pile pourtant fournie. Et je passe rue Bouquière où je suis attiré, au travers de la vitrine, par ce buste grec, tout rapiécé, plus vrai que vrai !

Le C de Y.C.M c'est Christophe, passionné d'Art, qui vient de quitter Auch (histoire de statistique) pour s'installer à Toulouse, rechercher la clientèle internationale qui fabrique Airbus, et irrigue de là les appartements huppés de New York.






Les reproductions de Christophe sont fabriquées d'après des modèles originaux, de Stéphane Davoy qui ensuite moule ses modèles en résine imprégnée de poussière de marbre.


De loin, cela donne ça :







tout ce coin est grandiose, autour du Palais Niel :





la boutique de Florence est à deux pas à gauche


un palais entièrement réservé aux cabinets d'avocats


faites un tour de ma part rue Bouquières

allez saluer Christophe

il vous invente un salon grec

plus vrai que vrai !




dimanche 29 janvier 2017

Ulysse casse la baraque !

franchement, on va avoir une Première Dame
mariée à son mari, et parlant Anglais
on ne va pas se plaindre !
Spéciale Villette !

Ouf, j’ai eu peur ! L’histoire de Pénélope a eu paradoxalement du bon : elle a mis Ulysse en rage, et il vient de se lâcher ce dimanche, il y a quelques minutes à peine, à la Villette : on a découvert le Roi d’Ithaque à la manœuvre, Gaullien, voire Napoléonien, prêt à croiser le fer avec Trump, avec Poutine, (je ne vois personne d'autre dans les candidats ayant la carrure nécessaire) prêt à redresser le pays, galvanisant les 11000 militants présents pour les mener à la victoire.

Il balance contre les "quatre gauches", cite les noms, et ne laisse rien passer, Pompidolien reprenant le slogan "cessons d'emmerder les Français", hurlant contre la bureaucratie, et voulant nous rendre la France Libre.

Il faut en revenir aux fondamentaux : c’est endormi qu’Ulysse regagne Ithaque, riche des présents des Phéaciens. On se rappelle que la Schérie est une terre sur laquelle on ne parvient qu’en songe !

En revenant chez lui, Ulysse reçoit à nouveau l’aide d’Athéna qui l’invite à se venger des prétendants. La déesse le transforme en un vieillard misérable :

« Elle fit tomber ses cheveux blonds, flétrit sa peau, ternit ses yeux si beaux autrefois ; elle lui donna un bâton et une besace toute trouée ».

Gustave Boulanger
Méconnaissable, le roi mendiant va pouvoir préparer sa vengeance et reconquérir en quelques jours son royaume. Ainsi métamorphosé, il va obtenir l’affection du porcher Eumée, resté fidèle, mais aussi de Pénélope, sa propre femme, à qui il apporte des nouvelles, et promet le retour imminent du roi ! Personne ne le reconnaît, à l’exception mémorable du premier chien de la littérature, le chien Argos, qui meurt « couvert de tiques, abandonné sur le fumier » en retrouvant enfin son maître.

Ulysse, par contre, est reconnu par Euryclée, sa nourrice qui lui lave les pieds : 
«Soudain elle reconnut la cicatrice de la blessure qu’un sanglier lui avait faite autrefois ».

 Mais Ulysse lui intime l’ordre de ne rien dire. Il ne se fait reconnaître que de Télémaque :

« Alors Athéna redonna à Ulysse son apparence : elle le couvrit de beaux vêtements, le grandit, le rajeunit ; ses joues se regonflèrent, sa barbe redevint noire ».

En le voyant, Télémaque croit être en présence d’un dieu. Ensemble, ils vont préparer «le massacre des prétendants». Ils méditent un «carnage ». Le carnage aura lieu. Sanglant, et terrible.

Doucet : Télémaque reconnait Ulysse

On se souvient de la suite : l’arc que personne n’a réussi à bander. Ulysse le prend, et balance ses flèches sur les prétendants, qui nagent bientôt dans leur sang.

Homère conclut ainsi : -"il fallait ce massacre, voulu par les Dieux de l'Olympe, pour faire revenir l'ordre et l'harmonie".

On avait besoin d’un patron à la tête de l’Etat

On l’a vu à la Villette


Ouf, j’y vois plus clair ce soir !


Ulysse is back !

Nicolas-André Monsiau (1754-1837)

Thomas Degeorge (1812)
Clermont Ferrand

Ulysse et son arc, mais Télémaque finit le bulot derrière


PS1 : pour en savoir davantage : Aujourd'hui, comme ils l'expliquent dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, Marcelo Magnasco et son confrère Constantino Baikouzis font remarquer Qu'Homère mentionne quatre événements astronomiques au moment du retour d'Ulysse à Ithaque.

Il y a bien sûr ce qui semble bien être une éclipse le jour de la mort des prétendants, mais six jours après le massacre, Homère écrit également que Vénus est visible très haut dans le ciel. Vingt-neuf jours avant, l'Odyssée indique que les constellations des Pléiades et du Bouvier pouvaient être observées au coucher du Soleil. Enfin, le texte suggère que 33 jours avant la mise à mort des prétendant, Mercure est haut dans le ciel au moment de l'aurore.

Or, ces quatre phénomènes interviennent à différents intervalles de temps et ne se reproduisent jamais exactement de la même façon. Cette série précisément décrite pose des contraintes supplémentaires très fortes pour la date à laquelle ces événements auraient pu se passer.


Baikouzis et Magnasco ont utilisé un logiciel d'éphémérides astronomiques pour étudier les événements remarquables entre 1250 et 1125 avant JC. En particulier, ils ont épluché les aspects du ciel associés aux 1.684 nouvelles lunes de cette période. Résultat impressionnant : une seule date correspond aux quatre événements mentionnés par Homère, le 16 avril 1178 avant notre ère. A l'époque où l'Odyssée a été écrite (probablement vers le huitième avant Jésus-Christ), ces événements sont donc très anciens...

PS 2  : regardez Vénus (l'étoile du Berger) briller dans le ciel :
N'avez-vous pas remarqué un point inhabituellement lumineux dans le ciel ces derniers jours ? Il ne s'agit pas d'une étoile mais de Vénus. Et la planète va se mettre à briller de plus en plus jusqu'en février, rivalisant avec Sirius l'étoile la plus lumineuse de notre ciel nocturne. Mais pourquoi une telle apparition ? L'explication est simple : Vénus est la deuxième planète la plus proche du Soleil, orbitant en moyenne à 108 millions de kilomètres contre 150 millions pour la Terre. Elle gravite donc plus vite et finit immanquablement par rattraper notre planète. C'est ce qui se produit actuellement. Vénus se rapproche de la Terre, à raison de 1,1 million de kilomètres par jour, explique Guillaume Cannat, auteur du blog Autour du ciel hébergé par le Monde. C'est ce rapprochement rapide qui permet à Vénus d'apparaître encore plus brillante dans notre ciel que d'habitude. D'après les calculs, elle va continuer de se rapprocher durant plusieurs semaines, jusqu'au 25 mars où elle doublera la Terre. A cette date, les deux planètes seront alors séparées de 42 millions de kilomètres seulement.  Une luminosité maximale pour mi-février Si le rapprochement maximal aura lieu en mars, c'est entre le 17 et 20 février (selon les sources) que Vénus, l'étoile du Berger, sera la plus brillante. Sa luminosité sera alors augmentée de 20% avec une magnitude apparente de -4,7. A titre de comparaison, c'est 20 fois plus brillant que Sirius qui atteint une magnitude moyenne de -1,5. Après ce maximum, la luminosité de Vénus se remettra à baisser bien qu'elle continue de s'approcher. Ceci s'explique par le fait que l'aspect de la planète dépend de son exposition au Soleil. A l'instar la Lune, depuis la Terre, nous ne voyons donc que la partie éclairée de Vénus qui peut prendre la forme d'un quartier, d'un croissant ou d'une phase pleine. Jusqu'à la mi-février, il suffira donc de lever le nez au ciel pour apercevoir la brillante Vénus. Elle sera visible à l’œil nu le soir après le coucher du Soleil et depuis la planète entière. Néanmoins, pour une meilleure observation, il est conseillé de choisir un lieu situé loin des villes et  dépourvu de pollution lumineuse. Publié par Maxime Lambert, le 27 janvier 2017



un Coyote pour Toulouse

Aller-retour avec chauffeur, j'adore, me faire conduire, pouvoir faire des photos. Avec la circulation, camions à foison, surveillance intense sur l'autoroute, il faut être équipé : d'abord abonnement, à ASF pour pouvoir passer voie de gauche aux barrières, et zapper l'arrêt pour glisser la monnaie dans le panier. 

Ensuite, indispensable d'avoir son GPS, vous me direz que vous vous en passez ? Moi, il me sert à savoir l'heure d'arrivée, le temps ne passe pas de la même manière si vous êtes sans cette information, ou si vous savez que l'arrivée est prévue dans mettons 60 mn. Enfin, indispensable d'être abonné à Coyote. Un écran géant vous dit combien vous avez d'observateurs comme vous devant : plus ils sont nombreux, plus ils auront pu signaler le danger à affronter. Vous avez la vitesse réelle, plus précise que le compteur toujours en dessous de la vérité. Et vous pouvez vous même devenir éclaireur des autres, en signalant les "incidents".

Un incident peut être un danger physique : un accrochage, d'autant plus probable que les véhicules roulent à touche-touche. Mais dans notre société bureaucratisée à l'extrême, il s'agit souvent d'un "danger-administratif" : souvent sans le vouloir, vous dérogez à la règle, et là, vous êtes puni...au portefeuille !



Par exemple vous roulez tranquille, en doublant à gauche à 130 (vérifié par votre GPS). A droite, les camions (sauf quand ils déboitent à 95 de longues minutes pour dépasser leur confrère qui ne roule qu'à 94 Km/H, doubler dure une plombe). A gauche, vous avez aussi ceusses qui roulent à 115 Km/H faute de puissance. Qui vous freinent, que vous devez dépasser, parfois (exceptionnellement) en dépassant le 130 imposé. (cela arrive, car comment dépasser à 130 un mec qui roule à 129 ?)

ils chassent là-haut, nous étions prévenus

C'est ceux-là que les forces armées de la République chassent jalousement avec leurs jumelles connectées. Depuis un pont par exemple, et qui vont vous piéger, non pas que vous soyez dangereux, ni que vous fassiez une faute contre la morale terrible : doubler avec une grosse voiture un mec qui roule (par précaution) à 129 Km/H !

C'est cela que Coyote vous aide à repérer à l'avance, grâce aux veilleurs comme vous qui sont passés avant vous sous le pont scélérat.

danger administratif signalé !
mais ...nous sommes en règle !

Comme je ne conduis pas, je puis vous administrer la preuve de l'existence de ce "danger administratif" : à force d'imposer des normes, 130Km/H quel que soit l'état de l'autoroute, on amène le conducteur à faire attention, non pas au seul danger physique, mais à la maréchaussée cherchant uniquement à vous coller un PV.

tiens, ils ont conservé les portiques de la taxe carbone...?

quand ça double à 110 Km./H sans se rabattre !

danger administratif fixe à gauche

Nous respectons strictement la consigne, et en apportons la preuve en temps réel par les instruments d'enregistrement dont nous nous sommes équipés.

Se rendre à Toulouse est devenu une aventure technique et administrative : il faut être connecté, intelligence augmentée, et disposer d'une voiture récente, et bien sûr d'un pilote est indispensable.




mais avoir un co-pilote et des instruments sophistiqués devient quasiment obligatoire
pour parer tous les dangers sur la route

Ouf, nous sommes rentrés intacts

sans (on espère) de PV à la clé !

ouf ! rentrés entiers,  la route normale devient gratuite
PS : il m'arrive de prendre le train pour Toulouse, quand il n'est pas en travaux ou en grève : la dernière fois en voiture connectée :


ce n'était pas la même voiture, ce n'était pas le même Coyote, on tâche de rester au niveau, le niveau se complexifie avec le temps !

http://babone5go.blogspot.fr/2011/11/une-heure-de-toulouse.html


(la suite demain : 

YCM, 

et ses sculptures grecques !)


vendredi 27 janvier 2017

La tentation d'Antoine... (2)

...ou la tentation d'Ulysse ?

le bouquin de Flaubert, je sais, mes référence sont toujours (un peu) ringardes !

Je me demandais justement comment introduire ce sujet dans la "Gazette des Arts" : vous avez noté que les tribulations d'Ulysse et Pénélope ont ouvert cette boite de Pandore, avec ce sous-titre terrible  : 
"comment résister à la tentation" ?


Cette aventure a été vécue par Antoine, avant même qu'il soit sacré Saint, et j'en profite pour jouer avec ce prénom qui m'est cher, puisque Antoine est un ami de longue date !

Le principe est vieux comme le monde : que l'on soit jeune, ou vieux, le fantasme, un jour ou l'autre, est d'être entouré par une bande de meufs dévergondées, qui vont tenter d'abuser de votre minorité, pour déployer leurs charmes exacerbés, afin d'obtenir (y compris par la force) des faveurs sexuées.

Lovis Corinth
mon Dieu, où vais-je trouver de quoi vêtir toutes ces demoiselles ?

Le problème est que derrière une façade (on dit un phénotype) attirant, se cache le Diable en personne, surtout s'il s'agit de conquérir l'âme d'un futur Saint. Faillir devient donc un plus bien éphémère, quand vous risquez (et ce pour l'éternité) d'y perdre votre âme immortelle, et de brûler pour toujours en Enfer.

Jacques Antoine (encore) Vallin

c'est un belge : de Andreis Alex (1880-1929)
la tentation est celle du Champagne, proposé par de jolies filles

justement, son prénom est Antoine, Victor Karlovich Shtember

Dominique Papety : il s'agit de Saint Hilarion, mais c'est du pareil au même

Vous observez ci-dessus quelques représentations, où le Diable revêt les charmes d'une drôle de Diablesse. On comprend pour Antoine (pas encore sanctifié) l'importance d'être habillé d'une solide robe de bure épaisse, et de s'attacher à se boucher et les yeux et les oreilles, et de se concentrer (absolument) sur des résolutions cependant soumises à une irrésistible (??) remise en cause !



Alors je reconnais qu'entre mecs, 

d'abord on rigole bien en mangeant des chips et buvant de la bière ..

...en se moquant d'Antoine !

mais dans son subconscient ...on rêve d'être à sa place ...


Edouard de Beaumont (1821-1888)
Henri-Pierre Picou


Tiepolo

Félicien Rops 1878

... assez vite ça peut tourner mal, et prendre un ton aigre

on se dit alors que les plaisirs terrestres

sont bien courts

notre Auguste Rodin éternel

et qu'Eve puisqu'on y revient

commence à devenir grave chiante avec sa foutue pomme :

on admire les Saints quand ils ont triomphé

de la tentation

n'est pas Antoine qui veut !


Paul Baudry a peint des vénus extraordinaires :
nous sommes en 1862
le titre : la vague et la perle
elle est cette perle dans l'ormeau à droite
vous regardez ça ?

je regarde ça :

quel bel ormeau !
vous voyez que c'est une excellente manière de résister à la tentation ?
... je m'essaie d'être Saint...!

car les démons ont été placés là pour que nous les vainquions
ainsi, nous recevons la gloire de notre victoire..
...et aimons davantage la vertu

la question pour moi (devenant Saint) devient ainsi :


« faut-il fuir les tentations pour éviter d’y succomber ou les rechercher comme des occasions d’éprouver sa force d’âme ? »

the temptation of Sir Percival by Arthur Hacker
Maximilian Pirner 1889
pas de bol c'est Saint Jérôme !

heureusement pour moi, je suis tenté...


...non par la meuf...

mais par tous ces papillons !